Actualités du projet de bouclage de la Francilienne
sur Francilienne.net !

 

Actualités du projet de bouclage de la Francilienne

Juin 2015. Karl Olive, le Maire de Poissy, a fait voter Lundi 22 juin 2015 par son conseil municipal une motion pour relancer le projet de bouclage de la francilienne entre Mery-sur-Oise et Orgeval. Le Ps et les écologistes ont voté contre. Il met en avant les difficultés de circulation et les enjeux économiques mais demande aussi que le projet soit remis à plat et le tracé choisi abandonné. Un courrier a été adressé à Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des Transport et à l’ensemble des maires concernés par le dossier.

Juillet 2013. Excellente nouvelle! Faute de budget, le projet de bouclage de la Francilienne est repoussé aux calendes grecques et, pour couronner le tout, ses modalités seront revues ! Le gouvernement a décidé de suivre les recommandations du scénario 2 de la Commission 21 qui a ré-évalué tous les grands projets en cours en France pour définir des priorités en ligne avec les nouvelles contraintes budgétaires. Le projet de bouclage Méry-sur-Oise - Orgeval évalué à 3 milliards d'euros a été classé "seconde priorité". La commission, tout en relevant son caractère utile pour décongestionner le trafic, note le caractère extrêmement controversé du projet en raison de la présence de milieux sensibles et de son coût élevé. Elle considère qu’aujourd'hui les conditions ne sont pas remplies pour permettre de le retenir dans la catégorie des premières priorités. La commission recommande de poursuivre la concertation en vue de clarifier les caractéristiques du projet et les modalités de sa réalisation. Elle le classe donc en secondes priorités quel que soit le scénario financier considéré. Sa réalisation est repoussée entre 2030 et ... 2050 ! Le bon sens et les réalités budgétaires ont prévalu. Cela sonne comme un clair désaveu pour un projet sans queue ni tête, faute d'avoir été convenablement étudié !

Juillet 2012. Changement de majorité et changement de cap ? François Hollande, nouveau président de la République, semble vouloir écouter les opposants. Il a souligné son « attention portée aux préoccupations exprimées, au nom du Comité des Maires contre l’A104, au sujet du projet actuel de prolongement de la Francilienne».

Avril 2012. L’Etat a confirmé le tracé du bouclage de la francilienne en deux étapes: prolongement jusqu'à Achères puis dans un deuxième temps jusqu’à Orgeval pour rejoindre l'A13. Après la première réalisation, le trafic en provenance de l’A104 empruntera donc le pont de Triel puis la RD154 jusqu’à Orgeval pour rejoindre l’A13 avec d'énormes bouchons à la clé : l'arrivée à Orgeval sur un tout petit carrefour étant déjà saturé aux heures de pointe ! Le Conseil général, le Conseil régional, Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy, David Douillet, député de la circonscription, M. Tasset, le maire d'Orgeval, ceux de Chambourcy et St Germain ont déjà exprimé leur opposition. Reste à savoir ce que fera le prochain gouvernement qui pourrait encore une fois décider de tout remettre à plat.

Août 2011. L’Etat a pris la décision de prolonger l’A104 jusqu’à Achères notamment pour permettre la desserte du futur Port d’Achères, du pôle scientifique et universitaire de Cergy-Pontoise et du secteur en développement de la Boucle de Chanteloup. Il s'agit d'une première phase, la Préfecture précisant qu'il faudra ensuite boucler l'A104 à Orgeval. Un nouveau pont serait ensuite construit entre Achères et Carrières-sous-Poissy permettant de rejoindre le pont de Triel et un jour l'A13 à Orgeval, sans doute entre le rond-point D113-D154 et Chapet selon David Douillet. Une enquête publique va être lancée pour la première phase, sans calendrier précis pour l'instant.

Juillet 2011, le projet de bouclage de la Francilienne en suspens. L'état a jusqu'à la fin du mois de juillet 2011 pour confirmer le tracé sinon l'enquête publique devient caduque et il faudra donc recommencer toute la procédure. Or le projet initialement retenu n'a que peu de partisans et son financement est pour le moins compromis, le Conseil Régional d'Ile-de-France refusant toute participation !

Mai 2011, David Douillet, député yvelinois, dit être intervenu « au plus haut sommet de l’Etat contre l’A104 afin d’infléchir un tracé autoroutier entre Méry-sur-Oise et Orgeval… et trouver une solution alternative pour désengorger un trafic routier saturé et qui desservirait mieux le bassin de vie des Orgevalais».

Février 2011, David Douillet, député yvelinois , s'oppose au projet actuel :
« Le bouclage de la Francillenne doit passer plus à l’ouest des Yvelines. Le projet de prolongement entre Méry-sur-Oise (Val-d’Oise) et Orgeval n’est pas financé. Il y a de grandes chances pour qu’il ne se fasse pas. Pour offrir des voies nouvelles à l’usine Peugeot et au futur port d’Achères, il faut réaliser le nouveau pont sur la Seine entre la D 30 à Achères et la D 190 à Carrières. Le dossier est validé par le conseil général. Les automobilistes rejoindront l’A 13 par le pont de Triel. Et afin d’éviter l’engorgement à Orgeval, il faut construire un nouvel échanger sur l’A 13 entre Chapet et Morainvilliers. »

Le prolongement de l’A104 reste en suspens, Mme la Préfète des Yvelines a été mutée et Mme Kosciusko Morizet est la nouvelle ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Courant 2011, devrait se tenir l'enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique (D.U.P.).

Le 5 décembre 2010, assemblée générale du Copra à Carrières-sous-Poissy, en présence d'Eddy Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy, des députés Arnaud Richard, Pierre Cardo, Philippe Barron, d'Alain Outremann, Maire d'Achères, Gérald Rutauld, Maire de Maurecourt, Frank Boehly, adjoint à l'urbanisme d'Orgeval, Frédérik Bernard, Maire de Poissy, ... La position du maire de Conflans, Philippe Esnol, qui a récemment accepté le tracé vert a été très critiquée. Pierre Cardo a précisé que « Les finances de l’État ne le permettent pas, le Conseil Régional refuse et les collectivités locales n’ont pas un sou à mettre dans ce projet » . Jean-Paul Huchon dans un communiqué lu à l'assemblée a renouvelé son opposition au projet. Frank Boehly, maire adjoint à l’urbanisme d'Orgeval, a rappelé : « qu’il soit bleu, rouge, vert ou noir, quel que soit le tracé retenu, il aboutit toujours à Orgeval en créant d’importantes nuisances: le plus grand échangeur européen sur 55 ha. Comment envisager de dépenser 3 milliards pour qu’une 2×3 voies comme l’A104 puisse déverser ses 120.000 véhicules dans une 2×2 voies comme l’A13 ? En l’état, Orgeval met l’élargissement de l’A13 comme préalable incontournable à la construction de l’A104". L'agglomération des 2 Rives présidée par Pierre Cardo s’est prononcée en faveur du tracé blanc qui passe en dehors des zones urbaines. David Douillet, absent, est toujours opposé au projet.

Le 2 octobre 2010, opération escargot contre le bouclage : le COPRA donne rendez-vous samedi 2 octobre à 14h pour une opération escargot pour protester contre l'inscription du bouclage de la Francilienne dans l’avant projet du Schéma National des Infrastructures de Transports. Rendez-vous à 14h00, avenue de l’Ambassadeur, à Conflans-Sainte-Honorine. Le cortège se rendra au siège du Conseil général du Val d’Oise.

14 Septembre 2010 : M. Tasset, maire d'Orgeval et conseiller général, a réaffirmé son opposition au projet au cours d'une réunion publique et souligne les problèmes de circulation routière engendés par un tracé qui envoie 100.000 véhicules supplémentaires vers des axes déjà saturés : l'A13 puis l'A12, l'A86 et la N118 avant de récupérer enfin la francilienne !

Septembre 2010. Nouveau rebondissement dans le dossier de l’A 104 : Philippe Esno, le maire socialiste de Conflans-Sainte-Honorine, devient favorable au prolongement de la Francilienne entre Méry-sur-Oise (Val-d’Oise) et Orgeval. Il a obtenu pour sa ville que l'A104 soit enfoui sur près de trois kilomètres entre l’entrée et la sortie de l’agglomération en passant sous la Seine. La N184 rétrogaderait de 4 à 2 voies. Le coût des 16 kilomètres d’autoroute entre Méry-sur-Oise et Orgeval atteindrait du coup au moins 2,5 miliards d'euros.

Juin 2010. La préfète des Yvelines, Anne Boquet, a précisé que "la position de l’Etat devra être clairement affichée avant le 1er octobre 2010. S’il n’y a pas de décision d’ici là, le tracé Vert tombe." On reviendrait donc au point de départ.

Février 2010. David Douillet s'engage à obtenir un réexamen de la copie. « Mon but est de rechercher une solution pour revoir le tracé et créer des aménagements supplémentaires afin de protéger les habitants des zones urbaines et les sites naturels protégés ». Il a rencontré le Préfet et demandé de nouvelles études. Mais comme il a déclaré aussi : "Il faut réaliser ce prolongement, car les entreprises de la vallée de la Seine en ont besoin", les inquiétudes demeurent malgré ses promesses électorales !

Octobre 2009. David Douillet, nouveau député de la 12e cirsconscriptions des Yvelines (Poissy, Orgeval), déclare sur RTL le 20 octobre 2009 : "L'A104 n'est pas très justifiée" !

Juin 2009. Le tracé Blanc revient par la petite porte. Certains élus le verraient bien remplacer le tracé choisi. Ce tracé qui traverse la Seine une seule fois en souterrain et passe en tunnel sous la forêt de Saint-Germain-en-Laye , compte beaucoup moins de riverains dans la zone des 300m. Il déboucherait sur l'A14 en ajoutant donc une seule bretelle vers l’A13 Sud.

17 Mai 2009. Plusieurs centaines de manifestants ont participé à un pique-nique géant sur la nationale 184 à Conflans-Sainte-Honorine contre le prolongement de l'A104 entre Méry-sur-Oise (Val-d'Oise) et Orgeval.

Mars 2009. Les maires de Poissy (Frédérik Bernard), de Conflans-Sainte-Honorine (Philippe Esnol), d'Achères, (Alain Outreman) et de Carrières (Eddie AÏT) confirment au Préfet des Yvelines leur opposition au tracé vert retenu.

Mars 2009, Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional d'Ile-de-France a déclaré que « Le tracé retenu est le pire que l’on puisse imaginer. ... Le conseil régional ne financera pas un projet pareil. »

Octobre 2008, un conseiller de Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie et du développement durable, a assuré aux maires de Carrières-sous-Poissy, Conflans et Poissy que la réalisation de routes en milieu urbain n'est pas une prirotié du Gouvernement après le Grenelle de l'environnement. Une très bonne nouvelle !

Manifestation contre le tracé de prolongement de la Francilienne (A104) entre Poissy et Carrières-sous-Poissy le dimanche 08 juin 2008, organisée par le Copra 184 et le Comité de liaison contre l'A104 créé par les maires de Poissy, Carrières sous Poissy et Conflans-Sainte-Honorine. 3 000 personnes, dont Frédérik Bernard, maire PS de Poissy, Eddie Aït, maire PRG de Carrières-sous-Poissy ainsi que Philippe Esnol, maire PS de Conflans et conseiller général, ont manifesté pour obtenir l'annulation du tracé choisi.

Grande manifestation du Copra le samedi 3 février 2007. Le rassemblement est prévu à l'intersection de la D30 et de la N184. Le cortège se dirigera ves Conflans puis Eragny.

Le Maire d'Orgeval, M. Tasset, regrette dans un communiqué du 8 novembre 2006 que des choix alternatifs ne soient pas étudiés et s'inquiète des futures nuisances. Téléchargez le communiqué complet (Pdf) .

Le CO.P.R.A.184 dénonce dans un communiqué du 1er novembre 2006 la décision ministérielle qui promet de sinistrer des milliers de riverains. Il appelle à la mobilisation des populations des Yvelines et du Val d’Oise pour que l’Etat annule la décision ministérielle du 24 Octobre 2006 et abandonne tout projet de prolongement autoroutier de la Francilienne entre Méry-sur-Oise et Orgeval. Téléchargez le communiqué complet (Pdf) .

Dominique Perben, ministre de l'Equipement et des Transports, a dévoilé le tracé retenu pour le prolongement de la Francilienne (A104) le 27 octobre 2006. C'est le tracé "vert" qui a été retenu qui évite la forêt de Saint-Germain-en-Laye. "Mais, a indiqué M. Perben, ce tracé, qui passe par Cergy-Pontoise (Val d'Oise), Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) , Achères (Yvelines) et Poissy (Yvelines), "n'est pas suffisant", aussi "j'ai donc décidé de l'améliorer" avec notamment la couverture de la liaison dans la traversée de Conflans-Sainte-Honorine et le franchissement sous la Seine à hauteur d'Achères." D'une longueur de 22 kilomètres entre Méry-sur-Oise et Orgeval, cette prolongation sans péage sera financée par l'Etat a précisé le ministre au cours d'une conférence de presse. Mise en service prévue en 2015.

Le site www.francilienne.net cité par Le Nouvel Observateur du 05/10/2006, auteur : Vincent Monnier. « Le "rouge", dit tracé historique, a déjà été jeté trois fois aux orties, explique un membre du site associatif francilienne.net. Le "vert" franchit trois fois la Seine, on imagine le carnage des berges. Le "blanc", proposé dans les toutes dernières semaines, passe sous la forêt de Saint-Germain-en-Laye. On nous dit qu'un tunnel enterré épargnerait les lieux. Et les travaux ? Et les bouches d'aération ? Et les issues de secours ? »

Opération escargot organisé par le Copra le samedi 7 octobre 2006 de St-Germain à Conflans. Trois cent voitures au moins ont paralysé la N13 pendant plusieurs heures.

Autre opération escargot organisé par le comité d'Achères de lutte contre l'A104 le mercredi 4 octobre. Plus de 80 voitures ont défilé d'Achères à Andrésy.

Les bouchons matinaux se sont nettement aggravés sur la N13 depuis l'ouverture du Pont de Triel notamment entre Orgeval et le carrefour de la Maladrerie. Le secteur est maintenant complètement saturé tous les matins. Les aménagements (doublement des voies entre le carrefour des Migneraux et celui de la Maladrerie, création d'un giratoire) ne devraient commencer au mieux qu'en 2008 si les expropriations sont effectivement menées à bien d'ici là.

Corinne Lepage, ancienne ministre, présidente de Cap 21 et candidate à l'élection présidentielle, est le conseil juridique du Copra dans la bataille contre le prolongement de l'A104.

Le 27 juillet 2006, la Commission du débat public a remis son rapport au Ministre des Transports Dominique Perben : réalisation ou non, choix d'un tracé. Téléchargez le Rapport complet de la CNDP (PDF, 11 Mo, 167 pages) ! Un rapport mi-chèvre mi-chou qui préconise le bouclage malgré l'opposition de la plupart des riverains. et hésite entre 3 tracés : le rouge, le vert et le blanc. Le violet et le noir sont abandonnés. Pourquoi, pour qui ? Lire la rubrique Notre Avis.

Jeudi 6 juillet 2006, la « réunion de synthèse » de la concertation publique démarrée en mars 2006 sur le prolongement de la Francilienne dans l’ouest parisien tourne au désastre et est annulée en cours de séance ! Les incidents techniques (sonorisation et diaporama défaillants) et l'énervement de la salle, toute acquise aux adversaires du bouclage, ont eu raison du discours du président Bergougnoux qui a préféré finalement annuler la réunion. Les contributions prévues devraient être disponibles sur le site de la commission et une conférence de presse devrait être organisée fin juillet. Bref un débat "public" qui se termine sans public ! Un comble !

L'Apso, l'association de protection des sites Orgevalais, propose que le bouclage se fasse par Mery, A15, Achères, forêt de St-Germain puis connection à l'A13 par un tunnel en haut de la côte d'Orgeval.

La première réunion thématique mercredi 13 mai 2006 à Conflans-Sainte-Honorine qui avait pour thème "Les objectifs du prolongement" a déçu : "pas de chiffres, pas d'analyse, le débat est retombé dans les délcarations politiques déjà maintes fois entendues" (Le Courrier des Yvelines du 24 mai, Marc Chauvisé).

Jean Bergougnoux, le président de la CNDP (Commission de débat public - francilienne), a déclaré lors de la réunion publique à Neuville-sur-Oise le 4 ma 2006i que la logique des tracés « tout « rouge » ou tout « bleu » » n'est plus vraiment d'actualité.

Les réunions publiques "de proximité" organisées par la commission de Débat public ont réuni plus de 9.000 personnes et se sont déroulées dans une chaude ambiance. Prévisible !

Les Réactions des élus

Jean-Paul Huchon, président PS du conseil régional d'Ile-de-France, a rappelé, lors d'un débat à Cergy le 15 mai 2006 sur les grands chantiers et les grandes priorités du conseil régional, qu'il a fait parti, par le passé, des personnes qui ne voulaient pas du tracé rouge. Il a dénoncé l'hypocrisie de l'Etat, et en particulier de la Direction de l'Équipement qui propose des tracés fantaisistes pour inciter à revenir toujours au même : le tracé rouge. De plus, d'après lui, le débat public est lancé alors qu'il n'y a pas de financement possible : la région investit dans le transport et l'Etat n'a plus d'argent.

Ségolène Royal s'est prononcé sur le projet : "Ce choix gouvernemental, coûteux au demeurant pour les finances publiques, me semble à bien des égards absurde et inacceptable."

Michel Vampouille, Vice-président, chargé de l’Environnement, du Développement durable et de l’Eco Région, a écarté la solution routière (mais en précisant que ne rien faire n'était pas bon non plus) et a donné l'exemple de la solution fluviale pour le transport de marchandises dont le trafic depuis Le Havre pourrait être multiplié par quatre d'ici trois ans.

Pierre Bédier, président du Conseil général des Yvelines, a précisé que le département ne prendra pas position et qu'il acceptera le tracé choisi par l'État. il est en revanche opposé à l'utilisation par A104 de l'emprise départementale réservée pour le Pont d'Achères.

M. Masdeu-Arus, député-maire de Poissy, a réaffirmé son soutien sans faille pour le tracé rouge, souhaité aussi par Peugeot, qui passe par Conflans et Poissy malgré la vive opposition des pisciasais présents.

Monsieur Eddie Ait, Président du PRG 78, conseiller régional d’Ile-de-France (PRG), membre de la Commission consultative du Plan Régional pour la Qualité de l’Air : "Maîtrisons notre circulation ! Refusons les tracés proposés ! En définitive, l’A 104, c’est ni fait, ni à faire !". Il réfute le choix du t racé vert et rappelle qu’il est opposé à tout nouveau projet autoroutier dans les Yvelines et en Ile-de-France. Il rappelle que la Région ne participera pas au financement d'un tel projet. " La pollution atmosphérique est responsable chaque année, en France, de la mort de plus de 6000 personnes. C’est la raison pour laquelle, la Région Ile-de-France, qui revendique pour chaque Francilien le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé, comme il est écrit d’ailleurs dans la Charte de l’environnement inscrit au Préambule de notre constitution, s’oppose à un tel projet autoroutier. Le Conseil Régional - et son Président Jean-Paul HUCHON -, qui a l’ambition de faire de l’Ile-de-France la première écorégion d’Europe, ne participera pas au financement d’un tel projet autoroutier. "

M. Lamy, maire de St-Germain, préfère le tracé rouge qui passe par Andrésy et fustige le tracé bleu et tout tracé qui passe par la forêt de St-Germain.
M. Alain Gournac, maire du Pecq, a fait voter son conseil municipal pour le tracé rouge.
Alain Outreman, maire d'Achères, se prononce contre le tracé vert, un sixième tracé par sa ville.
M. Ribault, maire d'Andrésy, penche lui pour le tracé bleu sous la forêt de St Germain!
M. Philippe Esnol, maire de Conflans, n'adhère à aucun des tracés proposés. Il souhaite un tracé plus à l'ouest qui pourrait longer Meulan pour rejoindre ensuite Saint-Quentin.
Les Verts des Yvelines et du Val d'Oise s'opposent au bouclage.
L'Ardies, (association pour le développement des infrastructures économiques et de la sécurité), souhaite obtenir l'achèvement de la Francilienne à l'ouest de Paris par le tracé «rive droite», qui passerait par Pierrelaye, Eragny et la boucle de Chanteloup.
Le Copra 184 (Collectif pour la Protection des Riverains de l'Autoroute A 184 devenue A 104) demande l'étude d'un tracé alternatif hors de toute zone urbanisée, permettant à l'ouvrage d'atteindre ses objectifs sans dommages pour les populations par exemple au nord de Cergy-Pontois.
Profile, qui regroupe des associations de riverains de la région de St-Germain et des chefs d'entreprise des Yvelines et du Val d'Oise, se prononce pour le tracé rouge et regrette que les réunions publiques aient été perturbées par les Verts et le Copra.
Une pétition a été lancée à St-Germain contre les 2 tracés qui passent en forêt.

A Orgeval : M. Tasset, maire d'Orgeval, a rappelé son opposition au projet de bouclage qui ferait déboucher l'autoroute sur l'A13 sans aménagement de celle-ci alors qu'elle est déjà saturée. Il avait d'ailleurs déclaré lors d'un conseil municipal : "Pas de Francilienne à Orgeval!".

Pour nous contacter par courriel : .